Liévine Hubert


Le Geste qui Sauve, Liévine Hubert.

Parcours


Après des études de philosophie aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles et à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, elle se forme au jeu théâtral et à la mise en scène à l’école internationale De Kleine Académie à Bruxelles. Par ailleurs, la musique fait très tôt partie de son parcours et la photographie constitue une pratique ancrée dans son quotidien depuis son enfance. La démarche artistique de Liévine Hubert se situe au point de rencontre de ces disciplines artistiques et intellectuelles. Elle joue avec la porosité des frontières qui distinguent les arts du spectacle, les arts visuels et la philosophie.

Le Geste qui Sauve, Liévine Hubert.

Interdisciplinarité


Liévine Hubert cherche toujours à créer du lien là où il n’y en a pas encore. C’est dans cet esprit d’interdisciplinarité que le concept Écho voit le jour en 2015 : une collaboration avec le créateur de lumières Thibault Condy. Ils créent ensemble un projet de pièces de lumière et de mouvement dédiées aux espaces d’exposition. Une première édition est présentée à l’ISELP à Bruxelles en 2015. En 2017, Écho est soutenu par le Conseil de l’Interdisciplinarité de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour la suite de sa création.

Le Geste qui Sauve, Liévine Hubert.

Interaction avec le public


Liévine Hubert multiplie les projets participatifs et interactifs, notamment avec la pièce NO REGRET qui implique plusieurs dizaines de participants. La question pédagogique est un de ses intérêts principaux. Elle anime de nombreux ateliers, dans des contextes multiples : dans le cadre du BE Festival Tour, elle donne des workshops de théâtre gestuel pour adultes (Angleterre, Pays-de-Galles, 2012, 2013) ; elle initie les élèves du Lycée Jacqmain (Bruxelles) à la scène et au mime (2014) ; elle anime des cours de voix et de rythme dans les écoles maternelles et primaires belges via les Jeunesses Musicales (2010-15) et propose des ateliers de chant polyphonique pour adultes (Bruxelles, 2014-16).

Le Geste qui Sauve, Liévine Hubert.

Expérimentation


Avec la création du Laboratoire de l’ordinaire, Liévine Hubert revient à ses amours fondamentaux, constitutifs. Le Laboratoire de l’ordinaire est un espace d’expérimentation dédié au geste quotidien. Y sont analysés, d’une manière presque scientifique, le rythme du geste, ses temps de pause, le regard qui l’accompagne. Les recherches donnent naissance à une conférence-spectacle du même nom, où le public est amené à prendre part activement aux expériences.

Le Geste qui Sauve, Liévine Hubert.

Musique


Également active dans le domaine de la musique et plus particulièrement de la voix, Liévine Hubert est notamment chanteuse dans Les Divas Dugazon, un trio vocal situé au croisement des musiques traditionnelles et modernes.

Le Geste qui Sauve, Liévine Hubert.

Collaboration


Liévine Hubert travaille également à la mise en place de projets pour d’autres structures. En 2016, elle travaille au sein de la compagnie de danse contemporaine et d’arts visuels LOUMA à Rennes, aux côtés du chorégraphe Alain Michard, sur des questions artistiques et de production. Elle trouve une sensibilité commune avec le travail de la compagnie.